Image
Image

Déclenchement du programme Agri-Relance : L’inaction d’Ottawa menace notre souveraineté alimentaire

18/06/2024

Ottawa, le 18 juin 2024 — Après plusieurs mois à talonner Ottawa sur la situation difficile des agriculteurs québécois, le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, s’impatiente et réclame du gouvernement fédéral qu’il déclenche l’initiative Agri-relance. Il s’agit d’une série de programmes de gestion des risques visant à aider les producteurs à reprendre leurs activités après une catastrophe naturelle.

Pour la seule année 2023, la région du Bas-Saint-Laurent a vu 45 exploitations agricoles cesser temporairement ou définitivement leurs activités. « La situation critique de nos agriculteurs et agricultrices ne peut plus attendre. J’entends leur cri du cœur, et je demande au gouvernement d’être également réceptif à leurs revendications et d’agir rapidement », a déclaré le député bloquiste.

« Ce sont les producteurs agricoles qui nous permettent de nous nourrir. Sans eux, c’est simple, nous ne pouvons pas vivre. Alors qu’aujourd’hui ils font face à de nombreux défis tels les changements climatiques, la hausse marquée des coûts du carburant, l’inflation, les nouvelles normes à appliquer, la santé mentale… que fait le gouvernement fédéral ? Le travail de nos agriculteurs et agricultrices ne paie plus assez. Ils sont obligés de travailleurs des heures de fous chaque semaine, et même avec ça, ils ne s’en sortent pas. Présentement, un producteur sur cinq est incapable de payer ses dettes. Cette surcharge de travail et les pressions financières amplifient la détresse chez les agriculteurs et cette situation est indigne », s’insurge Maxime Blanchette-Joncas.

« Je demande au gouvernement de passer à l’action immédiatement, c’est notre sécurité alimentaire qui est en jeu. Une ferme sur dix veut mettre la clé sous la porte d’ici un an. Alors, l’aide d’urgence, ça presse. Ça fait bientôt un an que les producteurs interpellent Ottawa. Ça fait sept mois que Québec a demandé le déclenchement des programmes. Il faut sortir nos producteurs agricoles de la précarité et de la pauvreté, en déclenchant l’initiative Agri-relance. Cette situation inacceptable ne peut plus durer, nous avons besoin d’actions concrètes, l’heure n’est plus aux belles paroles. », a conclu l’élu du Bas-Saint-Laurent.

Retour aux communiqués
Partager la publication
Partager la publication