Image
Image

Crise du logement : Le député Blanchette-Joncas, préoccupé, dénonce l’inaction du fédéral

06/12/2023

Rimouski, le 6 décembre 2023 – Le député de Rimouski-Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, est fortement préoccupé par les chiffres partagés par le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU), qui démontrent que les locataires bas-laurentiens sont les plus pauvres au Québec, et rappelle au gouvernement libéral l’urgence d’agir pour apaiser la crise du logement dans la région.

« Je salue les organismes communautaires qui ont fait front commun pour mettre de l’avant le grave enjeu d’accès au logement dans la région. Quand on apprend que le revenu médian des ménages locataires bas-laurentiens est le plus bas au Québec, près de 10 000 $ en deçà de la moyenne, on doit s’attendre à ce que la crise frappe le plus fort chez nous. Je suis très inquiet de voir beaucoup de nos concitoyens tomber dans la précarité et la vulnérabilité », a prévenu Maxime Blanchette-Joncas.


Les données publiées par le FRAPPRU évoquent que près d’un ménage locataire sur cinq consacre plus de 30 % de son revenu au logement, ce qui se traduit en 2020 ménages à Rimouski. Les personnes vivant seules, les femmes, les jeunes et les personnes âgées sont particulièrement touchées.


« Le gouvernement fédéral a fait une mise à jour économique il y a quelques semaines à peine. C’était l’occasion de donner un coup de barre important. Face à l’urgence impérieuse, le gouvernement libéral a pourtant choisi de demeurer les bras croisés : pas d’argent pour le logement avant 2025-2026. En pleine crise, ça fait deux ans consécutifs sans une cenne… quelle déconnexion ! », a dénoncé le député bloquiste.


« Au Bloc Québécois, on continue d’être du côté des organismes communautaires et des personnes frappées par la crise du logement. Nous demandons la création d’un fonds d’acquisition pour les organismes à but non lucratif et la mise en place d’un programme de prêts sans intérêt ou à très faible taux pour stimuler la construction de logements locatifs sociaux, abordables, familiaux ou étudiants. C’est par des actions concrètes, et surtout rapides à implanter, qu’on pourra permettre à tous et à toutes de vivre dignement dans un logement qui correspond à leurs aspirations et à leurs moyens », a conclu M. Blanchette-Joncas.

Retour aux communiqués
Partager la publication
Partager la publication